Quelle est la différence entre le statut d’un agent commercial et celui d’un VRP ?

Une entreprise ne vit que si elle vend et elle ne vend que si elle adapte un plan commercial. C’est pour cette raison qu’elle doit s’investir personnellement dans cette fonction. Une entreprise a besoin de s’appuyer sur des professionnels de la vente pour garder une bonne maîtrise de ses actions commerciales. Le recrutement d’agent commercial ou de Voyageur Représentant Placier, plus couramment appelé VRP multicartes, est donc important, voire primordial, pour l’entreprise pour atteindre facilement son marché. Elle peut ainsi organiser et contrôler la prospection de leur clientèle en gérant finement les tournées de leurs commerciaux. L’entreprise devra alors choisir entre un agent commercial et un VRP multicartes.

La différence entre ces deux statuts ?

Les conditions d’exercice de ces deux métiers sont très proches puisque leur activité consiste, à l’un comme à l’autre, à trouver et à visiter la clientèle dans le but de négocier et prendre des commandes au nom et pour le compte des entreprises qu’ils représentent. Cependant, le statut agent commercial n’a rien en commun avec le statut VRP, même s’il s’agit au fond du même métier. Une différence fondamentale sépare les agents commerciaux des VRP.

Comment se définit un agent commercial et un VRP ?

Tout d’abord, l’agent co est un mandataire qui, a titre de profession indépendante, n’a aucun ordre à recevoir de l’entreprise avec qui il n’a pas signé un contrat de travail mais un mandat. Le mandat n’est pas tout de même obligatoire mais vivement conseillé pour protéger l’entreprise et le prestataire. Ce document résume les taux de commissions, ou encore les outils mis à disposition de l’agent.

Le VRP, quant à lui, doit signer un contrat de travail qui résumera ses droits, mais aussi et surtout ses obligations envers l’entreprise qui l’emploie. Le VRP est donc un salarié d’entreprise. De ce fait, il est soumis à une hiérarchie. Il doit aussi cotiser au régime général des salariés et bénéficie de la législation de travail : congés payés, période d’essai…

La liberté sur le travail

En tant qu’indépendant, l’agent commercial est libre d’organiser son entreprise comme bon lui semble. Il est alors libre de recruter du personnel, sans avoir besoin d’autorisation particulière, pour développer la commercialisation des produits ou services dont il a la charge. L’entreprise n’a aucun droit de regard sur son organisation ou la fréquence des visites à la clientèle.

Étant un salarié de l’entreprise, le VRP est subordonné à celle-ci. Par exemple, l’entreprise peut exiger l’envoie périodique de rapports d’activité ou de comptes rendus de visites au VRP multicartes. L’entreprise peut également fixer la fréquence des visites à la clientèle. La liberté est donc beaucoup plus limitée pour le VRP puisqu’il est subordonné à l’entreprise.

Comment déterminer la rémunération ?

Au niveau de la rémunération, le plus souvent, l’agent commercial est rémunéré par une commission. Il touche exclusivement des commissions chaque fois que les clients commandent et renouvellent leurs commandes. Pour le VRP, la rémunération est librement fixée par son contrat de travail : soit par salaire fixe, soit une rémunération mixte. Contrairement au statut d’agent co, un VRP touche quand même son salaire même en l’absence de commissions. L’agent commercial ne coute pas de frais fixe à l’entreprise. Alors, cette dernière ne lui fera aucun reproche s’il ne vend pas.

La réglementation et la législation 

L’agent commercial bénéficie d’un statut protecteur défini par le code du commerce. Il ne peut pas y être dérogé par une clause. Le Voyageur Représentant Placier, quant à lui, bénéficie non seulement de l’ensemble de la législation du travail mais également du statut spécifique des VRP défini par le code du travail et par la convention collective nationale des VRP du 3 octobre 1975. En cas de conflit avec l’entreprise, l’agent commercial s’adressera à un tribunal de grande instance ou d’un tribunal de commerce, alors que le VRP multicartes s’adressera au conseil des prud’hommes.

Cession de contrat

Le commercial a la possibilité de renoncer au mandat sous réserve du respect du délai de préavis. Les clauses de cession de contrat sont licites. Pour le VRP, les clauses de cession de carte sont illicites. Cependant, si l’employeur refuse la cession de la carte, le VRP peut déposer sa démission sous réserve du respect du délai de préavis.

La durée du préavis en cas de rupture du contrat

Le préavis légal applicable est identique pour les agents commerciaux et les VRP : un mois pendant la première année du contrat, deux mois pendant la deuxième année et trois mois au-delà de deux ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *